The Law Foundation of Ontario

Introduction

Un ardent défenseur des demandes de réfugiés les plus complexes

Une subvention catalyseur de la Fondation du droit de l'Ontario aide le FCJ Refugee Centre à étendre ses services et son rayonnement.
août 20, 2019

Un ardent défenseur des demandes de réfugiés les plus complexes

La subvention Catalyse contribue à l’expansion des services du FCJ Refugee Centre et à son rayonnement

Lynn Hannigan
Lynn Hannigan, directrice de Casa El Norte, s’appuie sur l’expertise du FCJ Refugee Centre

Nichée sur une rue résidentielle dans la petite ville de Fort Erie, en Ontario, Casa El Norte est un refuge d’urgence temporaire pouvant accueillir jusqu’à 16 personnes à la fois. Le refuge est presque toujours plein, et presque tous sont des réfugiés n’ayant nulle part où aller.

Les résidents se tournent vers le personnel pour trouver un logement permanent et obtenir de l’aide dans le cadre du processus de revendication du statut de réfugié. Lynn Hannigan, directrice de Casa El Norte, affirme que c’est à ce moment là qu’ils comptent sur l’expertise du FCJ Refugee Centre à Toronto (FCJ).

« Notre petite ville est située à la frontière, alors nos liens avec le FCJ nous ont été très utiles au fil des ans, indique Lynn. Nous avons recours au FCJ parce que ses employés ont beaucoup d’expérience et de connaissances dans tous les domaines de l’immigration et qu’ils ont fait face à de nombreux défis auxquels nous nous heurtons chaque jour ».

Le FCJ aide les réfugiés, les travailleurs migrants, les survivants de la traite des personnes et d’autres personnes à risque en raison de leur statut d’immigrant, et accueille toute personne qui demande des conseils, de l’aide et du soutien concernant sa demande de statut de réfugié ou d’immigration. « Notre porte est toujours ouverte à tous ceux qui n’ont pas le statut de résident permanent au Canada », déclare Francisco Rico Martinez, codirecteur du FCJ.

Certaines personnes deviennent des résidents temporaires de l’une des maisons du FCJ à Toronto, tandis que bien d’autres ont seulement besoin d’assistance pour comprendre comment remplir des documents juridiques ou obtenir des services de traduction et d’interprétation, ou encore d’aiguillage vers des avocats spécialisés en immigration et d’aide pour accéder aux services sociaux locaux. Au cours des 30 années qui se sont écoulées depuis l’ouverture du FCJ, ce dernier s’est forgé la réputation de gérer les cas les plus complexes et reçoit souvent des réfugiés dans de telles situations en provenance d’autres organismes de services aux réfugiés.

Il n’est pas rare que, dans certains cas, il faille des années pour passer à travers le système. Une femme s’étant présentée pour la première fois au FCJ à titre de revendicatrice du statut de réfugié en 2013, explique Francisco, a finalement obtenu la résidence permanente en 2018. Ce n’est qu’alors que le FCJ a pu l’aider à présenter la demande requise pour parrainer sa fille, devenue adulte, afin que cette dernière la rejoigne au Canada. Tout au long du processus, le FCJ a non seulement aidé cette femme dans le processus d’immigration, mais il lui a également fourni un soutien pour s’assurer que ses besoins de base étaient satisfaits et qu’elle avait accès aux services sociaux.

« Le FCJ comble un écart énorme entre les besoins d’une personne à son arrivée au Canada et les services qu’un avocat peut lui offrir, affirme Devin MacDonald, avocat spécialisé en droit de l’immigration ayant fait du bénévolat au FCJ en tant qu’étudiant en droit. Lorsque Devin a ouvert son cabinet privé, l’un de ses premiers clients était une femme dont la demande de statut de réfugié avait été rejetée. C’est le FCJ qui a aidé cette femme à remplir diverses demandes, y compris une demande de prolongation de permis de travail, afin qu’elle puisse continuer à travailler légalement au Canada pendant le processus d’appel.

« Je ne peux pas facilement trouver à quelqu’un un refuge, traduire ses documents ou l’inscrire à l’aide sociale. En plus de fournir des conseils et des renseignements essentiels, le FCJ offre d’autres services qui nous sont indispensables, à moi et à mes clients. Je ne serais tout simplement pas en mesure d’aider aussi bien ces derniers sans la participation du FCJ. »

Depuis 2007, la Fondation du droit de l’Ontario a versé au FCJ environ 670 000 $ en subventions de projets et, en 2018, le FCJ figurait parmi l’un des 20 organismes approuvés dans le cadre du nouveau programme pluriannuel de financement de base de la Fondation appelé Catalyse. En tant que bénéficiaire de 150 000 $ par année pour un cycle de trois ans, le FCJ peut maintenant mieux répondre à l’augmentation de la demande pour ses services, en particulier son programme d’immigration et de protection des réfugiés. Le programme Catalyse aide également le FCJ à améliorer ses ateliers de formation et ses documents d’éducation juridique à l’intention des premiers intervenants. Cela signifie également que le personnel du FCJ est en mesure de mettre sur pied des cliniques de migration et de soutien dans les organismes partenaires pour répondre aux demandes d’accueil et aux questions, et travailler sur diverses demandes.

« Les personnes qui sont ici et qui ont présenté une demande de statut de réfugié n’ont pas nécessairement les ressources nécessaires pour se rendre à Toronto. Le FCJ va maintenant nous offrir ses services pendant une journée et nous apporter l’aide que nous ne pouvons pas fournir par manque de connaissances », dit Lynn, ajoutant qu’elle et le personnel de Casa El Norte ont également assisté à plusieurs ateliers du FCJ pour approfondir leurs connaissances et aider les clients.

L’objectif du programme Catalyse de la Fondation est de renforcer le secteur de la justice sans but lucratif en contribuant à donner aux organismes la stabilité nécessaire et la possibilité d’innover, d’évoluer et de répondre aux nouveaux besoins. Avec un peu plus de 5,8 millions de dollars par année, la première subvention Catalyse représente un investissement prévu de plus de 17 millions de dollars au cours du cycle de subvention de trois ans dans le secteur de la justice sans but lucratif de l’Ontario.

« Grâce à la subvention Catalyse, nous sommes en mesure de mieux répondre aux besoins des réfugiés, affirme Francisco, surtout dans les cas complexes, car nous sommes souvent leur dernier recours. Ce financement nous permet de nous doter du personnel et des ressources nécessaires pour faire face à tous les types de situations et continuer d’épauler les réfugiés et de travailler à leurs côtés. »