The Law Foundation of Ontario

Introduction

S’adapter pour répondre aux besoins juridiques urgents des femmes

Comme le système de justice lui-même, la pandémie a obligé le programme bénévole sur la criminalisation des femmes à trouver de nouvelles façons de fonctionner.
juillet 13, 2021

S’adapter pour répondre aux besoins juridiques urgents des femmes

An office worker wearing a face mask and with plexiglass in front of her desk

Le programme bénévole sur la criminalisation des femmes de la Clinique commémorative Barbra Schlifer offre des services de gestion de cas et des conseils juridiques sommaires aux femmes et aux personnes non binaires qui sont ou qui ont été accusées ou reconnues coupables d’une infraction criminelle et qui ont été victimes de violence fondée sur le sexe.

Cet aperçu de récipiendaire est tiré de notre rapport annuel 2020. Téléchargez le rapport.

Lorsque la pandémie a causé la fermeture abrupte des tribunaux en mars 2020, les clientes du programme bénévole sur la criminalisation des femmes ont été laissées dans l’incertitude, sans savoir quand leur affaire serait instruite.

« À la réouverture des tribunaux, nous nous sommes adaptés rapidement pour aider les clientes relativement à des modifications des conditions de mise en liberté sous caution, des demandes de divulgation et des comparutions virtuelles devant le tribunal », dit Deepa Mattoo, directrice générale de la Clinique commémorative Barbra Schlifer. « Sans cette assistance, elles auraient pu manquer aux conditions de mise en liberté sous caution et faire l’objet d’un mandat d’arrestation pour défaut de comparaître ou de rester au tribunal dans le cadre de leur affaire. »

La pandémie n’a pas seulement compliqué les problèmes juridiques des clientes. Souffrant déjà de traumatismes et d’isolement, les clientes ont vu leur santé mentale se détériorer considérablement. Pour répondre à cette situation, le personnel a mis en œuvre deux initiatives qui, bien qu’elles ne fussent pas nouvelles pour la clinique, l’étaient pour le programme bénévole.

« Nous avons établi un processus d’appels de contrôle pour que les clientes sachent qu’elles pouvaient encore communiquer avec nous », précise Deepa. « Nous savions aussi que bon nombre de clientes n’auraient pas de téléphone cellulaire ni d’accès Internet. Nous avons cogné aux portes de grandes sociétés pour obtenir des dons de cartes SIM, de téléphones cellulaires et d’ordinateurs portatifs. »

Comme le système de justice lui-même, la pandémie a obligé le programme à trouver de nouvelles façons de fonctionner. Outre son soutien en personne, le programme offre maintenant des services par téléphone et en ligne aux clientes.

« Le paysage a changé, et une partie du changement est positive », déclare Deepa. « Cependant, il est clair que le changement provient d’un certain privilège. Je suis très enthousiaste au sujet des possibilités, mais je crains aussi que nous croirons que tout le monde peut apparaître en ligne. L’accès numérique n’est pas sécuritaire ou accessible pour tous. Je veux que nous continuions à examiner les différentes options de service, mais que nous les examinions à la lumière des besoins des gens. »